Des tâches d'encre sur la Super 8

10 janvier 2016

Un long Dimanche de Funérailles

photo

Le titre n'est pas de moi mais d'un des nombreux journalistes qui nous font partager leur belle plume et leur tristesse.

Moi qui n'achete jamais Ouest-France, en cette matinée d'attente au CHBA, c'était l'occasion de vivre avec vous tous, militants que vous soyiez, la ballade dominicale la plus populaire du moment. Parce que je n'y était pas, parce que 24H après, chacun conçoit que c'était un grand jour.

Notre esprit révolutionnaire se serait-il réveillé?La génération soixante-huitard renaitrait-elle de ses cendres? J'ai toujours dit et pensé que depuis nous, la génération Mittérand, comme on nous a appelé (1980 est dans la place!!Tout Baigne!!), l'esprit révolutionnaire s'était endormi. Nous, puis nos p'tits frères, soeurs, cousins, avons pris le parti de faire avec ce que nous avions, et tant pis pour le reste. Ne pas se battre, ne pas protester ou alors une p'tite manif', un p'tit sitting dans la cour, histoire de secher une journée de cours. Mais avions-nous réellement conscience des problèmes qui se jouaient? Toi, tu te souviens du sujet de grève en 1999? Non...Rien...Ah si!! "LYCEEENS!-CHOMEURS!-MEME COMBAT!!".Voilà ce qu'on scandait dans les rues nantaises jusqu'à la place Royale, mon sac Eastpack sur le dos et la roulé au bec.

N'empêche! c'était beau ces rassemblements! Mais rien, comparé à ce qui s'est joué hier.

On a pas vu ça depuis la libération de Paris en 1944!! -Et pourtant, il y a eu beaucoup moins de morts; m'a-t-on rétorqué.

-oui, mais ils ont touché à ce que nous avions de plus précieux: la liberté, celle de penser, de s'exprimer, rêver et imaginer.

Alors avec 4M. de Français dans les rues hier, serions-nous réveillé? Quand le bleu marine à obtenu autant de voix aux elections européennes, nous avons ouvert un oeil, mais est-ce que cette fois nous sommes debout, prêt  à ne plus rien laisser passer?

Alors, non, je n'ai jamais acheté Charlie Hebdo, non je n'était pas dans la rue Dimanche, non je ne suis pas une militante révolutonnaire, mais ça m'empêche pas d'avoir une opinion. Ca m'empêche pas de pleurer devant les infos et cette liberté bafoué 1 fois, 2 fois, 3 fois. Oui, je vais continuer de payer mes factures, combler mon découvert, faire les soldes, raconter des conneries, profiter de l'insousciance de mes enfants, ne pas m'interesser à la politique. Mais je crois et j'espère que quelque chose à été soulevé, que nous ne nous rendormirons pas, pas cette fois.

J'ai pu lire de très beaux textes cette semaine, de journalistes effondrés, d'une certaine Lolita Séchan, maman du 21ème siècle qui se demande comment expliquer tout ca à sa fille.

Alors Je suis Charlie, je suis Lulu, Je suis juif, je suis Chably, je suis Elodie, je ne sais pas....En tout cas, je suis libre, Libre de penser, Libre de de m'exprimer, de rêver, d'imaginer.....

Posté par Juliet Leeroy à 22:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


10 février 2015

La Femme parfaite ....c'est pas moi!

Amis lecteur, tu ne liras ce post qu'avec ton regard féminin, androgyne ou métrosexuel à la rigueur.

Car oui, "La Femme parfaite est une connasse" est bien un bouquin de gonzesses...Même si nos hommes auraient certaines choses à y apprendre, la plupart sont tout droit sorti de notre code d'honneur, et donc Top Secret!

Petit guide à l'usage des femmes imparfaites, 2 nenettes qui pourraient être nos copines (de bonnes soirées filles en perspectives), nous compilent des articles, règles pour qu'enfin on comprenne un chose: EH! Mais je suis normale en fait!!

Ce soir je passe à la casserole! Où comment se résigner à le faire ce soir...Roooh ca va! Que celle qui ne l'a jamais fait juste pour avoir la paix me jette la 1ère pierre.. ou pour avoir un truc à demander après..un truc qu'il aurait refusé si vous lui aviez demandé après la journée de taf ou quand l'un des p'tits loups vient de renverser son bol de soupe. Ben oui, "Après", on pourrait avoir ce qu'on veut..Une paire de Louboutin, me fixer ces foutus étagères qui sont au sol depuis 5 ans, ou tout autre requête qui nous tient à coeur...

Règle n°2:"On ne fera plus croire qu'on est enceinte, juste pour avoir une place dans le bus". Ou passer plus vite à la caisse. Parce que, de toute façon, les vieilles se croient toujours prioritaire!! P***** de Vieilles!!! enceinte ou pas, bébé qui hurle ou pas, elle te passe devant en te regardant :"oh bah dis donc, il est pas content ce petit bonhomme!" NON! il est pas content, il a faim, mes seins vont exploser, j'suis à la bourre et tu me grattes ma place vieille bique!

Pardon pour cet intermède...on sent le vécu là, non?

J'en profite pour rajouter un petit détail qui à son importance: Si un bébé est habillé en bleu avec des baskets noires et une casquette type cubaine:NE DITES PAS "comme elle est jolie!" Merci de faire passer le message

bref....

Comment savoir qu'on est trop vieille pour ces conneries: du haut de mes 33 ans, je me sens un peu concerné par cet article...alors réponses des auteurs :

[Parce que nos soirées ne ressemblent plus à ça:

-Faire la fête le vendredi ET le samedi .....ben ouai mais si on a une soirée filles le vendredi pour décompresser de la semiane et une soirée en couple le samedi pour rencontrer le nouveau collègue de Loulou?

-Faire un mélange "WhiskyCoca dans une bouteille en plastique, pour la route.... Euuuuh du Get dans une gourde Spiderman ca compte aussi?

-Faire l'apéro sur le parking de la boite de nuit....a 2 rues de la boite, dans un lotissement et avec les-dites gourdes de Get, ça compte aussi?

-Assister à un concert de rap ....IAM au pont du Rock, ca compte?

-Faire nuit blanche....Pendant un déplacement professionel, ca compte?

....

Bon...et du coup, si mes soirées ressemblent encore un peu à ça, de temps en temps, ca veut dire quoi? Qu'il est temps que je grandisse?

 

Comment réagir devant un bébé laid: Voilà un article pratique, à l'usage de tous (oui, vous pouvez même divulguer les astuces à votre mec):

"Qu'il est souriant"

"Quel beau pyjama" C'est faux! il est prété par l'hôpital, tout élimé et n'a plus sa couleur originel à cause des 1578 lavages à 90°

"Sympa ta chambre" ouai, super! on crève de chaud et j'essaie de mettre mon allaitement en place avec ma voisine et ses visites incessantes!

"Ca va? on mange bien ici?" ben non, connasse, c'est un hôpital et j'ai un transit super lent! alors c'est soupe et biscotte depuis 3 jours!

Cette fois-ci, je n'ai pas plagié les idées des auteures, j'en ai tout plein. En manque d'idées? N'hésitez pas à me contacter.

Note pour mes copines:Ces phrases ne vous ont bien sûr jamais été adressées. Comme je ne suis absolument pas objective, j'adore vos enfants et les ai toujours trouvés tout mimi-chouchou-adorable-à-croquer.

Règle n°12: On ne dira plus: "Fais gaffe, j'ai de l'Herpès!" mais: "Attention à mon petit bouton de fièvre."

Je m'arrête là pour vous laisser découvrir ses 2 p'tits bouquins topissimes et à lire absolument!!

Sur ce, je vais mettre en aplication tout de suite la page 97 du Tome 2: IL EST INTERDIT DE METTRE LA PHOTO DE SON ECHOGRAPHIE SUR FACEBOOK"....Merde! suis p'tête une Connasse en fait..

FB_IMG_1423408449640(1)

 

 

 

Posté par Juliet Leeroy à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2014

Road Trip to Biarritz

Fin d'année 2014.

c'est l'heure du bilan chrono. La traditionelle convention de fin d'année. Du coup, direction le Pays Basque franco-espagnol pour 3 jours.

- 14H de route

-9H de réunion

-6H de sommeil (oui, oui sur les 2 nuits passées là-bas!)

Manger, boire, discuter....

Bon, c'est un peu plus dur le 2ème matin dans la salle de réunion. Plus endormi, mais aussi, pour certains, plus enclin à papoter et à argumenter. Ca parle Prix, marques, BF... Et moi je me demande si on va bien respecter les horaires, où on va faire la photo de groupe avec ce sale temps et quand arrive le petit dernier. Va-t-il nous trouver? [break: j'vais peut-etre lui envoyer un mail au cas où].

Le but est ici de réunir, pendant 3 jours, une trentaine de personnes qui ne se parlent d'habitude que par telephone, ou pas du tout pour certains. Du coup, on à tous une envie de discuter, papoter, découvrir les autres, profiter de certains en particulier. Mais aussi découvrir le lieu où nous sommes (c'est quand même Biarritz et St Sebastien s'il te plait!), et puis, parce que nous sommes français, bien manger et bien boire.

Même si tout a été un peu speed, c'est chose faite je pense: Pelote Basque, dégustation de vins, bon Restau', flâner en ville. J'ai vu des amitiés se créer, se fortifier. D'autres de séparer. Des tranches de vie qu'on a pas l'habitude de voir chez toutes ces personnes qui redeviendront simplement des collègues dès le lundi suivant (ou pas...). Des faces cachés dévoilées le temps de quelques heures. ca sert aussi à ça une convention: se rapprocher et se rendre compte qu'il y a autre chose derrière la facette professionnelle. On à tous un côté j-veux-faire-la-fête-rigoler-décompresser.

Un bon bol d'air ailleurs, une chance de participer à tout ça. Une autre facette est dévoilée. Mais bien sûr:

Tout ce qui se passe à la convention, reste à la convention.... ;)

biarritz

Posté par Juliet Leeroy à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2014

on pedalait dans les nuages, au milieu des petits lapins

 

A l'heure où mes 3 Leroy n'en ont que pour les Taylor Swift, One Direction et Black M, il était plus que temps que je retourne aux sources (même si je ne pense pas vraiment qu'il y ait de mauvaises musiques, en tout cas de mauvais sons).
Donc, hier soir, sans compter sur Max Boublil, je me suis replongé dans l'univers Thiéfaine (Merci Lise), et ça fait du bien! Du coup, ce soir, c'est PC, Casque et Youtube pour une retrospective:

thiefaine la fille du coupeur de joint au zenith 2006


Pourquoi ce morceau live?

-Parce que c'est LA traditionnelle chanson de fin de concert de Mr Hubert. Les 3-4 fois où je l'ai vu en Live, depuis bien 30ans maintenant que la chanson est sortie, il entame les premiers accords avec guitare accoustique. Alors que certaines starlettes refusent de chanter le tube que tout le monde attend; par lassitude peut-etre (jeune et con....ah non! je n'ai cité personne); Thiéfaine, inlassablement, sait faire plaisir à son public, à ses fans.

-Parce qu'on y voit une p'tite bande de potes qui s'éclate à la jouer. Didier Wampas torse nu et haut-de-forme à paillettes, Tryo au complet, le guitariste et complice de Thiéfaine que je vois à ses côtés depuis un moment. Tous ces p'tits détails te permettent de visualiser l'autre côté du mirroir. ce laps de temps, plus qu'éphémère où tu partages avec eux le bonheur de jouer ensemble. Toutes ces mains levées, ces "OHOOHOOOHOOOOH" à l'unisson, comme un hymne national ou plutôt musical.  Parce que ce melting pot de guitares sèches c'est du pur bonheur (c'est pas moi qui le dit, c'est mon oreille.)

-Parce que Hubert Felix Thiefaine me berce depuis que je suis gamine. Je connais les airs, les paroles, mais pas les titres. jamais je ne me suis penché sur une des pochettes de CD avant de quitter le cocon familial. Thiéfaine, c'était mes samedis matins où mes parents faisait le ménage, mes mercredis apres-midi où j'essayai de faire mes devoirs avec ces airs qui traversaient la maison, ces samedis soir où mes parents regardaient le Multiplex sans avoir besoin des commentaires footballistiques des présentateurs. Jai appris à aimer toutes ses chasons, sans exceptions je pense. Thiefaine, c'est un peu comme le tonton qui ne nous connait pas.

je parlais d'héritage artistique avec mon papy il y a 1 semaine. L'héritage musical, c'est bien grâce à mon papou. Un grand grand grand merci. Aujourd'hui, vivre sans musique serait une torture....

 

thiefaine

Posté par Juliet Leeroy à 22:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 novembre 2014

Comment peindre...son arbre généalogique?

Battant la campagne, par un pâle soleil, ses souliers tout usés par le temps et la pénurie, il débouche sur une vallée verdoyante. Plus bas, près du ruisseau, une tâche kaki dénote sur le fond bucolique. Il s'en approche...C'est un soldat allemand. Nous sommes en 1941, peut-etre 1942. Dans les mains de l'étranger, un carnet de croquis et un pinceau; dans l'herbe une petite boite en métal de peinture aquarelle, le couvercle servant de palette. Le soldat peint ce qu'il a devant les yeux: la vallée, le ruisseau, la campagne savenaise ou Capellonésienne, je ne sais pas. Certains détails m'ont échappés.

Plus loin, les affres de la guerre font rage. Plus loin, les allemands sont des pilleurs, réquisitionneurs, semant la terreur. plus loin encore, ce sont des monstres agissant sous le joug d'un tyran.

Mais, ici, à cet instant,plus rien n'existe que la découverte d'une passion; plus rien n'existe que ce soldat allemand, ces quelques pinceaux et mon Grand-Père. Il rentrera chez lui des gammes de couleurs pleins la tête et demandera, dès le lendemain, des pinceaux et de la peinture à ses parents.

Tout n'est peut-être pas exact dans cette histoire. Je ne sais pas s'il faisait beau, je ne sais pas s'il avait 8 ou 9 ans, mais voilà comment mon grand-père est devenu Artiste-Peintre.

Voilà comment nous rentrons d'un week-end nantais et familial, un héritage éNORme sous le bras. Ces cahiers datent de 1949! Oui Madame! 1949. Timothé ayant dessiné toute la soirée (Un dessin d'anniversaire pour tata Aude, un dessin d'anniversaire pour tata Isa...), Papy jean se dit que sa descendance artistique est peut-être là, du haut de ses presque 7 ans, et décide donc de transmettre ses précieux manuels.

Il faut dire que malgré 3 filles et 5 petits-enfants, aucun n'a vraiment perenniser la lignée artistique. C'est pas faute d'avoir essayé pour ma part, mais moi....dessiner des collines et des ruisseaux... :)

pardon Papy!

Bon! Mon héritage n'est peut-être pas à dominante artistique...Mais il est en fait tout plein de choses à la fois. Un peu de mon papy, un peu de ma mamie bretonne, un soupçon de ma mamie poitevine, surement un petit peu de mon papy nantais que je n'ai pas connu..Et puis un peu plus de mes parents, de mes tantes, mes cousins. Un peu de tout à transmettre à mes crapauds. Un héritage moral, culturel et sentimental. Un peu trop de ça parfois, et pas assez de ça. Une famille banale en somme, mais c'est la mienne. nous n'avons pas que des points communs, mais nous avons notre histoire commune, nos souvenirs d'enfances qu'on partage à Noël, aux anniversaires, comme tout le monde...mais comme personne.

L'image de l'arbre généalogique est bien trouvé. Car mes enfants sont bien ces jeunes branches, ces petits bourgeons en train de grandir. Quant à mes parents, mes grands-parents, mes tantes, oncles, ils sont bien ces racines ancrés en moi, ce que je suis génétiquement. Mais je ne suis pas que ça. Je suis ce que j'ai décidé d'être ou de ne pas être. Je suis ce que mon mari m'apporte, ce que ma belle-fille, mes fils m'apportent, ce que mes amis m'apportent. Je suis même un peu de ce que les gens qui m'ont fait du mal m'ont apporté. Je suis un peu de tout ça à la fois..

 

papy

 

 

Posté par Juliet Leeroy à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 novembre 2014

Ma liste au Père Noël...de Schindler....de courses....

Si ma vie devait s'arrêter là, maintenant, qu'est-ce que je regretterais de ne pas avoir fait? J'ai, un jour, pris la décision de réussir ma vie et je suis plutôt contente du résultat si je fais le bilan à l'heure actuelle.

Maintenant, il y a forcément des choses qu'il me reste à accomplir (heureusement, ce serait triste sinon!!);Des envies, des buts, des objectifs qui prennent une petite place dans mon esprit en éspérant s'imposer au quotidien un jour.

Pour faire suite à la liste d'une de mes copines, voici la mienne:

  • Partir à la découverte de l'Amérique du Sud, avec mari et enfants (les 3 of courses!) sous le bras et un camtar aménagé.
  • Me promener dans Central Park et revivre les aventures de son Prince.
  • Vivre loin de voisins, une grande maison où je peux recevoir autant que j'en ai envie.
  • Adopter Sirius, mon dogue allemand Bleu, Grand, Majestueux et Doux.
  • Faire mes preuves dans mon nouveau job et prouver qu'on a eu raison de me faire confiance.
  • Réussir ma "Mission-Maman" en faisant des 3 Leroy des adultes censés, responsables, fun et équilibrés (J'suis une maman qui déchiiiiiiiiiiiiiiire!).
  • Garder mes amitiés de longues dates, mes nouvelles et mon Syndrôme Friends jusqu'à ce que mort s'en suive...

......

Pas mal pour un début. Ce qui me rassure, c'est que j'y retrouve pas grand chose de matérialiste dans cette liste aux merveilles...

 

 

photo

Posté par Juliet Leeroy à 22:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 octobre 2014

Lettre à Veronica Roth

J'ai écrit, il y a quelques temps, un post confrontant Tris et Katniss. Je n'étais, à l'époque, qu'au milieu du Tome 2 de Divergente.

J'ai fini la trilogie depuis un mois. Et aujourd'hui, il est grand temps de faire une mise au point. Ca fait un moment que j'ai ce post en tête mais impossible pour moi de pousser la reflexion, où plutôt de me replonger dans cette fin merdique! Oh bah si! 'Faut l'dire!!! une fin M.E.R.D.I.Q.U.E!!!!!!!

ATTENTION!! ceci est un spoiler. Ne pas lire si vous êtes en pleine lecture de DIVERGENTE

 

Chère Mademoiselle Roth,

le 3ème Tome commence par la vision de Tris, ce à quoi nous sommes habitués, mais ce n'était jamais spécifiés d'habitude.

Chapitre Deux 

Tobias

OK... voilà la différence dans ce 3ème opus. Nous aurons aussi le point de vue de Tobias.C'est chouette, ca change d'être dans sa tête, de savoir ce qu'il pense sans passer par le regard de Tris.

Le 50ème chapire sera le dernier de Tris. Au début je n'y crois pas. Je sais qu'il va y avoir un rebondissement et qu'elle va revenir. C'est l'héroïne et elle ne peut mourir! sauf qu'une petite voix dans ma tête me rappelle que depuis le début un chapitre sur deux est le chapitre de tobias....; un chapitre sur deux, tu insinues qu'il va falloir que Tobias prenne le relai à un moment donné.


Veronica,

je vais te paraitre dure, injuste; et puis qui je suis, moi, pour te donner mon point de vue?! Tu as tout gaché! En tuant Tris, tu ruines ta trilogie. Ce genre de litérature à des codes et tu ne peux passer outre! Tu ne les repectes pas! Pourquoi? Par originalité? Pour ne pas faire comme tout le monde?Tu as tout gaché....

Pendant 3 volumes et un film, j'ai appris à aimer Tobias et Tris, à les connaitre, les apprécier, comme beaucoup de fans j'imagine. Et pour un souci d'originalité, TU TUES TON HEROINE!!!! Tu m'as blessé, attristé, mise en colère, scandalisé! Ta jeunesse et ton manque de maturité t'ont poussé à ne pas vouloir respecter les codes, t'ont donné l'envie de faire différemment. 

comptes le nombre de points d'exclamation dans ce post, ça te donnera une idée de mon point de vue!

Tu signes, pour moi, un grand echec. L'echec d'un roman qui aurait pu autant faire parler qu'Hunger Games...

Il me reste à esperer une chose: que les scénaristes qui prendront en main le 3ème volet soient du même avis que moi et donne une toute autre fin à la trilogie. A l'heure où je t'écris une chose est sûre: je ne serais pas en salle au moment de la sortie.

divergente-02

 

Posté par Juliet Leeroy à 16:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 septembre 2014

Tous au Central Perk

On m'a jugé Ours, sectaire, Timide parfois, à juste titre; Mais je pense tout simplement souffrir du Syndrôme FRIENDS.

Le Syndrôme Friends, Kesaco?

Comme c'était bon de se retrouver le temps d'un week-end de noces, entouré de notre marmaille grandissante; courant, jouant, chahutant. Elle n'a pas toujours été là cette marmaille.

on a débuté au lycée, en coloc', le samedi soir. Déjà au collège en fait, j'avais ce besoin d'appartenance sociale, d'avoir ma place au sein d'un groupe.Certains diront que, bien sûr, nous sommes des animaux et que donc, l'instinct de troupeau fait toujours parti de notre nature. FAUX! Faire parti d'un groupe ne veux pas dire être un mouton. A mon sens, il s'agit bien d'arriver avec sa propore nature, ses croyances, sa propre vision des choses et d'apporter sa pierre à l'edifice du groupe.Que chacun apporte sa patte, sa touche personnelle pour faire avancer, enrichir la communauté et la perreniser.

Bon, sauf qu'une bande de potes, c'est pas une PME avec un chiffre d'affaire, des objectifs et tout et tout.

Le mieux dans ma p'tite tribu, c'est quand on fait rien d'autre que discuter, raconter des conneries (beaucoup), et juste être ensemble. Alors que j'ai pu être en colère pour diverses raisons, justifiées ou pas, j'ai compris que cette tribu était ma 2ème famille, celle que j'ai choisi...ou pas d'ailleurs. Celle qui est là pour me changer les idées, pour me faire penser à autre chose quand ça ne va pas. Toutes les soirées où on se réunit alors que la semaine n'a pas été top, tous les moments où on peut juste s'évader quelques heures. Voilà ce qu'ils sont: mon évasion, ma sortie de secours quand je suis prête à exploser. Je sais qu'il y a quelqu'un quand ça ne va pas, Pas de la manière la plus conventionelle..mais ça, c'est le propre de notre tribu...

 

Je ne dit pas que c'est la bande parfaite, celle que tout le monde voudrait avoir. c'est la bande que j'aime (I'm Lovin' it). Avec ses défauts, ses particularités, ses qualités. Avec les inconditionnels, présents à chaque rendez-vous, les éloignés qui reviennent régulièrement et même ceux qu'on ne voit qu'aux cérémonies officielles ;). Et puis ceux que je n'ai pas vu depuis presque 1 mois qui me manque (1 mois j'hallucine!), ceux qui s'éloigne et qu'on espère toujours voir revenir...

bref, tous ces gens qui se reconnaitront et avec qui j'espère encore passer de nombreux samedi soir...

Moi, Elodie, 32 ans, fan de sa tribu et atteinte du SyndrômeSns Friends

£££

photo

 

 

Posté par Juliet Leeroy à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2014

c'est la rentrée

ouh laaaaaaaaaaaa! c'est quoi ce coup de Blues de rentrée?

Je pensais pas que tous ces changements pertuberait mon  petit équilibre intérieur, voire enfantin quand je suis comme ca. rien ne colle avec ma perception des choses, rien ne se déroule comme je l'avais envisagé, bien ou mal d'ailleurs. Comme si le monde se dérobait sous mes pas et surtout contre ma volonté.

Bon d'accord, j'ai une tendance à tout vouloir contrôler...mais je pensais mieux apréhender tous ces changements de rentrée.

-Changements au boulot

-Changement de rythme scolaire pour les enfants

Changements de direction professionnelle pour Micka

Tout ça perturbe toute mon organisation de Desperate Housewives! je suis à la bourre le matin, j'ai des centaines de choses en tête à faire, vite et tout de suite (ce qui est faux soyons d'accord, il n'y a pas vraiment de caractère d'urgence :)), je déborde, mon cerveau bouillonne et je ne sais plus par quel bout commencer...

M'accrocher aux p'tits bouts de confort que j'ai au quotidien, voilà la solution: les rires de collègues, les discussions avec Grand Loulou que j'aime, le cadeau que j'ai eu pour nos 10 ans, le p'tit mail du collègue commercial qui réconforte, et mes p'tits crapauds bien sûr...

Allez, Vendredi soir arrive! Vive le Week-end et la famille qui va nous décompresser ce week-end.

8H25: cette fois, c'est l'heure de partir! sinon, ca va encore etre la course!!

Mordicus!!! c'est quoi ce manque d'organisation Leeroy!!

 

photo

 

Posté par Juliet Leeroy à 08:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2014

Tris VS Katniss

Dans deux mondes détruits par l'homme, laquelle serait votre chouchoute? Laquelle seriez-vous?

Y'a pas à dire, le thème post-apocalyptique, c'est la it-story du moment!

Alors que Katniss devient chef de famille à 11 ans, Tris doit prouver sans cesse qu'elle n'est pas une petite fille comme son rôle de petite dernière le voudrait. Elle est, ou à l'impression d'être, vu comme une petite chose fragile et vulnérable. Katniss, à l'inverse, est toute de suite représenté forte, indépendante, chassant sa nourriture avec son meilleur ami, vivant de trocs et de braconnages.

Elles ont toutes les deux 16 ans et se décrivent elle-mêmes comme étant de petites tailles et pas particulièrement jolies....Mouai...n'empêche! Tu finis le 1er Tome et t'as juste envie de leur ressembler...ou de te les faire selon les points de vues...
Côté Famille, Tris à un frère, definitivement Altruiste selon elle, mais surtout super condescendant..Et deux parents Altruites et avec des responsabilités plutôt importantes dans leur faction.

Katniss à une soeur de 12 ans qu'elle veut protéger par dessus tout. Et une mère qui sort d'une longue dépression suite à la mort de son mari.

Toutes les deux ont en commun une volonté de se battre et de survivre.Tris est à la recherche de la vérité. Voilà son but premier. C'est pour ça qu'elle ment à Tobias. Katniss ne cherche ni la rebellion ni le putch,en tout cas au début.


j'ai entendu des incompréhensions sur Hunger Games, l'histoire en elle-même.Pourquoi en venir à selectionner des tributs pour jouer les rats de laboratoires dans une arène? ou plutôt pour jouer les sacrifices humains. D'un regard exterieur, c'est effectivement plutôt aberrant comme scénar'...Je ne me suis en fait jamais posé la question comme telle. J'ai juste plongé dans la moisson des 74eme Hunger Games plutôt que de plonger dans la crédibilité des Districts et du Capitole.J'ai plongé dans l'instinct de survie de Katniss et dans l'amour de Peeta..

Oui Katniss est bourru et Peeta Fleur Bleue. Katniss est garçon manqué, Katniss est têtue, orgeuilleuse, débrouillarde et organisé. Katniss est comme moi. J'aime Katniss.


D'accord, le systeme des Factions est plus crédible. En tout cas plus que les sacrifices de jeunes gens dans une arène.Mais dans aucunes des deux histoires nous n'avons de dates précises.. Si l'une était le déroulement logique de l'autre...

Imaginez un instant: Le monde de Tris et des factions fonctionnait plutôt bien jusquà ce que les érudits sèment la pagaille. Du coup, Les sans-factions s'emparent du système avec Evelyn Eaton en tête..

Et si son lointain descendant au pouvoir était un certain Snow....

£££

110081aad9f4dc014d5227d3b282cbc3

katniss-triss

 

 

Posté par Juliet Leeroy à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]